2   121
0   63
0   132
10   223
2   100

Abandonner, Non…Oui, Non…Jamais!!!

J’ai l’habitude de vous revenir ici avec des histoires qui concernent plus les autres que moi, qui concerne plus des faits sociaux que moi. Oui c’est à dessein parce que parfois parler de soi, c’est assez compliqué , surtout quand on sait que l’on sera lu par des personnes que l’on ne connait forcément pas personnellement.

Aujourd’hui, cet article, va parler de moi. C’est pour vous, c’est pour moi ce partage. J’avais plusieurs sujets sur le grill mais j’ai repensé à la nouvelle année qui vient de débuter, à toutes les résolutions que l’on a eu à prendre et au fait que chacun avait au moins un but pour cette année 2019 ( et surtout au #10yearschallenge haha). Alors, j’ai décidé de commencer en vous donnant un peu de courage, à travers une petite histoire qui est la mienne. Nombreux sont ceux qui le savent, je viens d’une famille modeste. Ce que je fais et ce que je suis aujourd’hui, de vous à moi, je ne l’aurais jamais imaginé parce que je n’avais aucun outil pour ( à part mon cerveau). Oui je sais je n’ai encore rien, je n’ai encore rien fait, mais même mon parcours scolaire jusqu’à cette thèse que je prépare aujourd’hui n’étaient pas du tout évidents. Je vais remonter loin dans les souvenirs et vous parler de l’abandon. De ce que l’on ressent quand on donne tout mais que l’on n’a pas le résultat escompté, et que l’on est tenté de laisser tomber. Si tu es sur le point actuellement de laisser tomber ton rêve parce que tu as l’impression que rien ne marche, écoute cette histoire avant de te décider.

Vous êtes confortablement installés, le décor est planté ? Vous me suivez, on y va …Il était une fois une petite fille qui n’avait que sa famille qui lui donnait un amour indescriptible. Cette petite fille, depuis toute petite, a compris la valeur du travail bien fait à l’école, et vu qu’elle ne connaissait que ça, elle se donnait à 100%. Ses parents étaient fiers d’elle, les félicitations qu’elle recevait à chaque fin d’année scolaire la boostaient et lui donnaient réellement l’envie de garder le cap. Elle avait pour but de pouvoir décrocher une bourse d’excellence après son bac et de partir étudier à l’étranger ( Maroc), afin de revenir rendre à ses parents ce qu’ils avaient fait pour elle. Elle n’était pas affamée, non, mais n’était pas riche du tout financièrement. Son papa l’amenait à l’école à vélo au cour primaire, et plus tard à moto, son frère et elle ( serrés comme des sardines sur la selle arrière, vous voyez le genre je sais haha) . Ses parents avaient donné tout ce qu’ils avaient pour qu’elle aille dans une bonne école, au même titre que les enfants de « riches ». Oui ils avaient tout misé sur les études. Alors, au lycée, la dernière ligne droite pour qu’elle ait son baccalauréat , elle s’est donné, donné , encore et encore. Plus qu’avant ,parce que sa vie se jouait là. Major de toutes ses promos depuis la seconde jusqu’en terminale. Et bien sûr, arriva le jour fatidique, le jour de la proclamation du baccalauréat. Elle devait réussir avec mention pour prétendre à une bourse. Sinon c’en était fini pour elle. Ses rêves s’arrêteraient là , parce qu’il n’y avait qu’après le bac que les bourses étaient disponibles au mérite. A l’université publique, il n’y avait aucun espoir pour elle.Mais vous savez quoi ? elle a obtenu sa mention bien, et c’était le bonheur, elle voyait déjà sa bourse pour le Maroc ( c’était les bourses qu’on donnait en ce moment après le bac) pointer le bout de son nez. Elle voyait son rêve prendre forme…

Mais … sa joie n’a été que de courte durée lorsqu’après divers formalités, la sentence tomba. Il n’y avait pas de bourses pour les séries littéraires cette année. QUOI ? Oui les bourses s’étaient cantonnées aux séries scientifiques.Imaginez sa déception. Oui elle a déprimé, elle a touché le fond. Elle n’avait que 16 ans.  Pour elle tout était fini, elle n’aurait jamais plus la chance de réaliser ses rêves. Elle a sombré, tout devenait noir. Comment après tant d’efforts, elle n’avait pas le résultat attendu ? Comment les étoiles et son horoscope l’avant ils lâchée ? Alors elle décida d’abandonner. A quoi ça servait de bosser dur si au final on n’avait rien ? A quoi ça servait de rêver quand on vient d’une famille modeste ? A quoi ça servait de se casser la tête ? pour elle, elle ne ferait plus aucun effort surhumain comme elle en a l’habitude. Elle ferait juste le minimum à l’université, ou même pas du tout, elle n’en avait plus rien à carrer. Ce moment où vous sentez vos forces vous abandonner, oui, tu vois ce dont je parle ? c’était ce qu’elle vivait. Comme Dieu est toujours présent , même dans nos prisons psychologiques, elle fut encouragée par une personne qui avait été témoin de son combat. Alors elle fut encouragée par ceux qui croyaient en elle. On lui disait «  tu sais, garde le cap, continue par bosser autant, par être meilleure, les portes s’ouvriront et tes rêves se réaliseront ». On lui disait « Si tu abandonnes maintenant, tes efforts n’auraient servi à rien ». Mais cela lui passait par-dessus l’épaule. Elle avait déjà tout donné.Dans un dernier sursaut de conscience, elle décida d’écouter ceux qui croyaient en elle. Et elle se dit qu’il fallait continuer. Et c’est ainsi qu’elle continua par donner tout ce qu’elle avait à l’université publique dans laquelle elle fut inscrite en Droit. Dans sa hargne, elle valida ses trois années d’une traite, malgré la bête noire ( le système LMD durement appliqué à l’époque). Elle continuait par se battre pour de meilleures notes, comme elle l’a toujours fait, malgré la douleur qui la rongeait et le sentiment de travailler dans le vide. Et enfin, en troisième année, contre toute attente, pour la première fois, une école de renommée internationale «  Sciences po » lança un concours pour des bourses d’étude en France. Il fallait pour cela avoir mérité, c’est-à-dire avoir validé ses années d’une traite avec de belles moyennes. On n’en voulait qu’une personne par université publique et elle postula sans trop y croire. Après tout ça n’a pas marché la première fois alors. Bof…

Et elle fut celle qui fut choisie par l’université locale et l’université d’accueil. Oui, un beau jour, elle reçut un appel qui changea sa vie, qui transforma tous ses rêves en réalité. Elle obtint la bourse et partit étudier en France. Encore mieux que ce qu’elle voulait au départ !!

Mais dites-moi, que se serait-il passé si elle avait baissé les bras après son échec, que se serait-il passé si elle s’était dit qu’elle ne bosserait plus dur ? Qu’elle abandonnait ses rêves ? Je ne pense pas qu’elle serait en train de vous souler avec son histoire pour vous dire encore et encore de ne pas ABANDONNER. Ce qu’elle a retenu, c’est que même si les étoiles ne s’alignent pas en ta faveur à un instant T, malgré tous tes efforts, ne baisse pas les bras. Oui tu as le droit d’avoir mal,  de flancher, mais relève toi et bats toi car personne ne le fera à ta place. Si tu es fatigué, repose toi, et recommence de plus belle, parce que tu as ta vision, tu as ton rêve, tu as ta destinée. Ce qui est plus important que le fait de croire en soi, est de s’entourer des personnes qui croient en vous, en votre potentiel et vous tiennent quand vous tombez.

Alors pour vos projets et résolutions 2019, abandonner, oui … Non…Jamais ! C’est dur, oui ! On n’a pas les résultats escomptés au premier shoot, oui ! Mais gardez la foi, gardez la foi. Si cela vous est destiné, vous l’aurez en temps et en heure, et même mieux que ce que vous escomptiez !La petite fille dit merci à ses parents, à son frère.La petite fille vous dit merci, à vous qui avez cru en elle et étaient là pour elle. La petite fille dit merci, à la personne particulière qui était là, à la tirer vers le haut quand elle a voulu tout abandonner il y a de cela 6 ou 7 ans.

Moi, je vous dis merci à vous, merci d’avance pour ce que vous en tirerez, merci pour vos vies.Que Dieu vous garde, et qu’il vous donne la force nécessaire pour surmonter les épreuves et l’esprit d’abandon.

Elle vous a vraiment soulés cette petite hein… mais c’est sa façon à elle de vous dire…

Bonne année 2019 !!!

Rdv au sommet…

Suivre:
Partager:

4 Commentaires

  1. janvier 18, 2019 / 7:56

    Les efforts payent toujours et tu en es la preuve. Très beau témoignage.

  2. janvier 18, 2019 / 9:28

    J’ai eu les larmes aux yeux. Reine je te l’avais dis en inbox il y a klk mois je te le dis today merci à toi pour cette initiative. Ça me donne la force et l’envie de continuer et de continuer encore et encore. Les effots payent tjrs c’est ce qu’on a tendance à oublier. Merci encore et force à toi cherie. Thanks

    • bkstalks
      Auteur
      janvier 19, 2019 / 7:49

      Oh miss je t’en prie. On est là pour cela, pour que nos expériences, ce que nous vivons puissent tirer les autres vers le haut, ainsi que d’autres le font avec nous. ça me touche beaucoup. Que Dieu te bénisse

  3. janvier 19, 2019 / 3:40

    Comme quoi quand on veut on peux, il suffit de tenir bon

Laisser un commentaire